Souvenirs d'un cinéaste libre

Non disponible.

Chauffeur de Kodak, voilà comment se décrit le directeur photo, scénariste et réalisateur Jean-Claude Labrecque. Et il en a beaucoup chauffé, des Kodaks, depuis son premier tournage, à 18 ans, du 350e anniversaire de Québec jusqu’aux remarquables À hauteur d’homme, sur la dernière campagne électorale de Bernard Landry, Félix, son touchant hommage au grand Félix Leclerc. Cinquante ans et autant de films plus tard, Jean-Claude Labrecque se raconte enfin, avec l’aide de sa complice, la journaliste et réalisatrice-radio Francine Laurendeau. Sous forme d’anecdotes savoureuses et d’évocations émouvantes, le cinéaste rappelle ses débuts à l’Office national du film; son détour par Rome; le tournage de la mémorable visite du général de Gaulle au Québec en 1967; les Jeux olympiques de Montréal en 1976, en passant pas ses documentaires sur de grands Québécois comme Claude Gauvreau, Marie Uguay, André Mathieu, Claude Léveillée, pour clôturer sur Infiniment Québec, sa fabuleuse fresque réalisée pour le 400e anniversaire de la ville qui l’a vu naître. Et, bien sûr, il nous parle de ses réalisations de fiction, dont Les Smattes, les Vautours, L’Affaire Coffin. Chroniqueur de l’émergence du Québec moderne, mémorialiste à l’œil pénétrant, Jean-Claude Labrecque est sans contredit l’un des plus grands documentaristes du Québec. Il a imprimé sa marque particulière sur le cinéma québécois, celle d’un homme libre qui n’a pas fini de « chauffer son Kodak ».

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres